doyan

En endossant la responsabilité de la faculté de génie mécanique, mon souhait est de compléter l’œuvre de mes prédécesseurs et d’apporter ma contribution à cette faculté très chère à mon cœur et qui a été à l’origine de ce que je suis aujourd’hui. La ligne de conduite à suivre consiste en premier lieu à respecter la réglementation, œuvrer pour le fonctionnement correct de toutes les instances scientifiques et administratives et assurer la transparence totale dans la gestion des dossiers financiers, administratifs et pédagogiques.

Mon mot pour les étudiants est de profiter de vos années que vous passez à l’université. Ce sont les plus belles de votre vie. Profitez-en pour tisser des amitiés pour la vie et surtout investissez pour construire votre avenir. S’acquérir de nouveaux Moyens de communication (Français, anglais écrits et parlés prise de parole) et savoir-être sont les mots d’ordre pour réussir dans votre future vie professionnelle. Je ne manquerai pas de vous conseiller d’ajouter de la vie à votre passage à l’université en adhérant et en activant au sein des différents clubs scientifiques de la faculté.

Pour mes collègues, enseignants chercheurs, je ne saurais insister sur ma disponibilité pour tous et chacun. Pour vous toutes et tous, mon bureau est à accès libre, à toute heure et sans protocole. Vos conseils sont les bienvenus et servir vos intérêts constitue le but de ma mission.

Pour les agents techniques et de soutien, je ne saurais vous dire que le lieu de travail est l’espace où vous passez le plus de temps de votre vie. Œuvrons tous pour le rendre juste, conviviale et agréable. En terme de droits et obligations, on peut toujours joindre l’utile à l’agréable et surtout gagner dans cette vie et dans l’autre.

A Dieu tout puissant, je demande de la force, du courage et la capacité de distinguer le bien du mal et surtout de pouvoir éviter le second pour bien suivre le premier. Mon souhait est de terminer mon mandat sans qu’aucune des personnes sous ma responsabilité, forte ou faible, ne soit lésée par ma faute.  

 

                          Pr. Abbes Azzi